lundi 17 décembre 2018

C'est lundi que lisez vous ? #16


Après à nouveau une semaine de pause (formation professionnelle oblige), je reviens pour le C'est lundi que lisez vous ? Après avoir été organisé pendant longtemps par Galleane, il est maintenant repris par I Believe in pixie dust sur son blog. Mais il continue à repondre à trois questions simples :
- 1. Qu'ai-je lu la semaine passée ? 
2. Que suis-je en train de lire en ce moment ? 
3. Que vais-je lire ensuite ? 

Qu'ai je lu les deux semaines passées ?

  

J'ai essayé de me remettre dans Le bourreau de Gaudi d'Aro Sainz de la Maza, un policier qui se passe à Barcelone. Mais clairement j'ai détesté le personnage principale et je l'ai abandonné à un peu moins de la moitié. Dommage parce que l'ambiance de Barcelone et les mystères autour de Gaudi me plaisaient bien.
J'ai donc enchainé avec Fées, weed & guillotines de Karim Berrouka. Toujours un policier, mais complétement barge et très drôle. J'ai passé un bon moment avec cette lecture et elle m'a fait du bien après mon abandon. Ma chronique est déjà publié par ici.

Que suis-je en train de lire ?


Je suis en train de lire Le livre perdu des sortilèges de Deborah Harkness. Et il faut croire que décembre 2018 sera un mois difficile au niveau lecture parce que j'ai beaucoup de mal à accrocher. Surtout à l'écriture/traduction. J'attends de voir encore un peu mais je suis septique devant ce livre alors que je ne suis pas loin des 300 pages. Pour ce qui l'ont déjà lu, est ce que cela vaut le coup que je persiste ou pas?

Que vais-je lire ensuite ?


Comme en ce moment, la fantasy me fait un peu défaut, je vais aller vers du contemporain pour me changer les idées avec La fée carabine de Daniel Pennac. Je ne sais pas vraiment à quoi m'attendre mais je suis curieuse de voir ce que cela va donner.

Et vous que lisez vous en ce moment ?


samedi 15 décembre 2018

Fées, weed & guillotines

 De Karim Berrouka, aux éditions J'ai lu, paru en 2018
Genre : Fantastique, policier. 383 pages

Le résumé : 

La dernière fois que Jaspucine a mis un pied dans le monde des hommes, elle en a littéralement perdu la tête : la Révolution française n’a pas été une période très profitable pour les créatures féeriques. Sauf pour Zhellébore, l’enfoirée qui l’a envoyée à l’échafaud. La vengeance étant un plat qui se mange froid, Jaspucine est bien décidée à retrouver la traîtresse. Même si pour cela elle doit s’attacher les services d’un détective. Mais à force de remuer ciel et terre, c’est sur une conspiration bien plus grande que la fée et l’enquêteur vont tomber.

Mes impressions;

Forcément avec un titre pareil, Fées, weed & guillotines attire l'attention et rend curieux. Surtout que quand mon copain l'a lu, il n'arrêtait pas de rire. Il ne m'en a pas fallu plus pour que je me lance dans cette histoire complétement barge.

Un livre qui porte bien son titre.
Le titre résume assez bien le livre. On retrouve des fées, de la weed et de la guillotine. Pour le coup, pas de risque d'être trompé sur la marchandise. Et étonnement ces trois élements qui semblent n'avoir rien en commun, se lient parfaitement sous l'imagination de Karim Berrouka. J'ai en particulier adoré la partie "guillotine" que j'ai trouvé bien amenée et amusante.

Une écriture plein de peps.
Je trouve que la grande force de ce livre est l'écriture. Elle est très énergique et dynamique. Les dialogues sont réalistes et savoureux et il y a plein de références à la culture pop qui font sourire. Forcément, la maitrise des dialogues donne un joli volume aux personnages, en particulier Jaspucine et Premier de la Classe (oui il y a un personnage qui s'appelle comme ça). 

Un scénario sympa mais...
Je ne sais pas si c'est parce que je l'ai lu un peu fatiguée, mais j'ai trouvé, par moment, le scénario plat. Heureusement l'auteur a, à chaque fois, réussi à me remettre sur les rails avec quelques bonnes trouvailles, mais je dois avouer que j'ai trouvé quelques moments longs. C'est peut être ce qui m'a manqué pour que cette lecture passe de bonne à excellente.

En Bref: 

Fées, weed & guillotines de Karim Berrouka est fidèle à son titre jusqu'au bout, avec des personnages et une écriture déjantés. C'est un très bonne plongée dans l'univers de l'auteur que j'espère continuer à découvrir bientôt.

Ma note : 16/20

jeudi 13 décembre 2018

Throwback Thursday Livresque #26 : L'hiver


Cela fait presque un mois que je n'ai pas participé au Throwback Thursday Livresque, je vais essayer de reprendre le rythme pour ce rendez-vous que j'adore. Il est toujours organisé sur le site de BettieRose Books et consiste toujours à parler d'un livre sur un thème bien précis.

Et aujourd'hui le thème est l'hiver !


J'ai décidé donc de parler d'Arlo Finch T1 : Le mystère des longs bois de John August.


On suit un garçon qui se retrouve à déménager chez son oncle en plein milieu d'une petite ville perdue des États-Unis. Il se fait engagé dans les Rangers et commence à être témoin de choses bizarres liés à la nature. Le tout est feutré au milieu de la neige et de l'hiver, des courses de traîneaux et des batailles de boules de neige. J'avais beaucoup aimé l'ambiance de ce livre et l'écriture pleine de fraîcheur de l'auteur. 
C'était un vrai bonne découverte pour ce livre dont on n'a pas assez parlé, je trouve. 


Et vous quelle lecture vous évoque l'hiver ?

lundi 3 décembre 2018

C'est lundi que lisez vous ? #15


Hey, on se retrouve pour le traditionnel C'est lundi que lisez -vous ? Et on a bien besoin de ça, pour se mettre du baume au coeur avec ce temps de .... cochon ! 
Ce rendez-vous est maintenant répertorié sur le blog de I Believe in Pixie Dust et consiste toujours à répondre à trois questions : 
1. Qu'ai-je lu la semaine passée ? 
2. Que suis-je en train de lire en ce moment ? 
3. Que vais-je lire ensuite ? 

Qu'ai je lu la semaine passée ?


Je me suis régaleé en découvrant le premier tome de la Trilogie des Gemmes RougeRubis de Kerstin Gier. Ma chronique par ici.

Ce que je suis en train de lire ?


Une vraie relique de ma PAL (plus de trois ans) : Le bourreau de Gaudi d'Aro Sainz de la Maza. L'ambiance a Barcelone est sympa, mais j'ai vraiment du mal avec le personnage principale qui m'ait antipathique. J'attend de voir comment ça va évoluer.

Ce que je vais lire ensuite ?


J'espère enfin sortir Le livre perdu des sortilèges de Déborah Harkness de ma PAL ! On y croit (je crois que ça fait la troisième fois que je le place dans cette partie depuis août.... il serait temps :D)

Et vous que lisez vous en ce moment ?

dimanche 2 décembre 2018

Bilan du mois #novembre2018

Ca y est le loooong mois de novembre est fini. Il a été intense pour moi et j'avais hâte de le voir se terminer pour passer à autre chose, et surtout pour commencer mon calendrier de l'avent, voir les illuminations de Noël et commencer un régime spécial fête à base de sucre, de plaisir et de beaucoup de gourmandise.

Et niveau livre alors ? Qu'est ce qu'il a donné ce mois de novembre ?

Mon bilan :


Un bilan atypique ce mois ci. J'ai quand même réussi à lire 4 romans (dont une grosse brique) et 3 graphique). Mais ils ne m'ont pas tous touché de la même manière.


Premier livre qui m'a accompagné pendant Halloween et la Toussaint, Entretien avec un vampire est un abandon pour moi. J'ai aimé le style de l'auteur et l'ambiance qu'elle donne à la Nouvelle-Orléans, mais je n'ai pas accroché aux personnages et l'histoire m'a semblé trop "bavarde". Dommage.


Comme il est de coutume maintenant chez moi, après un abandon de livre, je me jette sur un tome d'Agatha Raisin. Ici il s'agit du tome 4 : Randonnée Mortelle. Comme d'habitude j'ai aimé retrouvé les personnages, mais l'enquête ne m'a pas convaincue. Cela reste malgré tout ma saga doudou post-abandon.

 

Et j'ai très bien terminé le mois avec l'excellentissime Gagner la guerre de Jean-Philippe Jaworski et RougeRubis de Kerstin Gier. Deux genres différents : d'un côté un plume prodigieuse avec des personnages haut en couleur et un scénario très bien amené, de l'autre côté un premier tome qui présente un personnage attachant et cohérent autour du voyage dans le temps. Dans les deux cas j'ai passé de très bons moments.

 

Du côté des bulles, j'ai continué avec grand plaisir L'atelier des Sorciers de Kamome Shirahama, une saga que je prends de plus en plus de plaisir à lire. Quant à Empress de Mark Millar et Stuart Immonen, il m'a permis un premier plongeon dans le monde des comics que j'ai beaucoup aimé.

Mon bookhaul : 


Voila la photo de mon délit. Parce que ce mois ci est un mur de gros craquage !!! C'est dantesque ! 

 

Avec la box du P'tit Colli, j'ai reçu Hunger Games T1 de Suzanne Collins et Miss Cyclone de Laurence Peyrin. J'étais très contente de les recevoir car il me font tous les deux très envie.

  

Avec le swap Color ton swap, j'ai reçu Une bouche sans personne de Gilles Marchand, le manga Le sommet des Dieux T1 de Jirô Taniguchi et Baku Yumemakura et 1Q84 T1 : Avril-juin d'Haruki Murakami.

    
 

J'ai fait une première razzia dans les bouquineries de ma ville. J'y ai trouvé Tous les bruits du monde de Sigrid Baffert, Le secret de la manufacture de chaussettes inusables d'Annie Barrows, Aristote et Dante découvrent les secrets de l'univers de Benjamin Alire Saenz, Un prière pour Owen de John Irving et Crapule T2 de Jean-Luc Deglin.

  

Côté neuf, j'ai craqué sur des suites de sagas avec La saga des quatres éléments T2 : Sanctuaires de Clelie Avit, Les mystères Larispem T2 : Les jeux du siècle de Lucie Pierrat-Pajot, Zombillenium T4 : La fille de l'air d'Arthur de Pins et Recits du Demi-loup T3 : Mers brumeuses de Chloé Chevalier.

  

Et enfin j'ai été prendre quelques ouvrages dans les bibliothèques de mon chéri et de ma Maman. Du coup, on attérit dans ma PAL Rois du monde T1: Même pas mort et Rois du monde T2-1 : Chasse royale de Jean-Philippe Jaworski et Quelqu'un pour qui trembler de Gilles Legardinier.

Et oui ça fait plutôt mal à ma PAL cette grosse entrée de 17 livres. Vraiment un gros craquage. Et le mois de décembre risque d'être dans le même accabit. Ma bibliothèque tremble déjà ... de plaisir à l'idée de découvrir tous ces livres !

Petit bonus :


J'ai eu la chance de voir Jean-Luc Deglin en dédicace pour la sortie du tome 2 de Crapule. Au dela de la BD que je conseille vraiment à tous les amoureux des chats, j'ai beaucoup aimé discuter avec cet auteur. Il était accessible et très drôle. Et je trouve toujours fascinant de regarder les dessinateurs exercer leur art en "direct". 

samedi 1 décembre 2018

Trilogie des gemmes T1 : RougeRubis

De Kerstin Gier, aux éditions Milan (collection Macadam), paru en 2014.
Genre : Jeunesse, fantastique - 352 pages

Le résumé :

Elle est le Rubis, la douzième, l'ultime voyageuse. Avec elle, le Cercle est refermé, le secret est révélé. Un secret qui remonte à la nuit des temps.
Gwendolyn est une lycéenne comme les autres. Bon, d'accord, elle voit des fantômes dans les couloirs de son lycée, mais d'abord elle n'en voit qu'un, et puis personne n'est parfait. Pour le reste, c'est le grand ordinaire, avec des profs barbants, une mère exigeante, des frères et soeurs casse-pieds..
Mais lorsqu'elle se retrouve soudain projetée au début du siècle dernier, Gwendolyn panique. Ça ne dure pas très longtemps, mais quand même! Elle qui se croyait banale s'avère être marquée du sceau des veilleurs du temps. De ceux qui voyagent à travers les âges pour accomplir de mystérieuses missions.
De quoi sortir du train-train quotidien..

Mes impressions :

Après la lecture exigeante (mais captivante) de Gagner la guerre de Jean-Philipe Jaworski, j'avais clairement besoin d'autre chose. Plus simple, plus léger et qui me fasse passer un très bon moment. Je me suis donc décidée à sortir RougeRubis de ma PAL, espérant qu'il réponde à mes attentes du moment. Et Bingo ! Ca a marché du tonnerre (attention expression désuette!)

Un bon premier tome
Comme tout bon début de saga, ce premier tome pose à merveille son univers et ses personnages principaux. J'ai été agréablement surprise par l'utilisation du voyage dans le temps et par tous les mystères qui plannent autour. L'auteur est très imaginative et surtout, j'ai l'impression qu'elle a bien pensé les choses. Je n'ai pas été choquée par une grosse incohérence comme cela peut être le cas quand on s'attaque à un sujet aussi casse-figure que le voyage dans le temps.

Des personnages très adolescents.
Ce n'est pas un reproche. C'est même l'inverse. Je suis contente d'avoir enfin une héroïne qui a des réactions qui correspondent à son âge. Gwendolyne a 16 ans et demi et elle a des préoccupations et des agissements qui sont raccords avec ça : les garçons, l'école, sa meilleure amie, le regard des autres. Elle est peu sure d'elle alors quand elle apprend qu'elle peut voyager dans le temps, forcément, elle ne sait pas trop où se mettre. Et plutôt que foncer tête baisser dans les aventures, j'ai trouvé ces questionnements légitimes et cohérents. Je me suis vraiment attachée à elle.

Gideon, seul bémol,
A l'inverse de Gwendolyne, je l'ai trouvé trop cliché et manichéen. Son personnage n'est pas encore bien exploité selon moi dans ce tome. Après il apparait tard et sa description est faite par Gwendolyne qui s'entiche vite de lui. Alors forcément cela créait un petit biais de perception. Mais certaines de ces actions me donnent bon espoir pour la suite de la trilogie. Par conséquent, la pseudo-romance ne m'a pas (encore) charmée. Comme Gideon, je préfère attendre la suite avant de me prononcer la dessus.

En bref:

J'ai beaucoup aimé RougeRubis. Je l'ai trouvé efficace, avec des bons idées et de bons personnages. Il a rempli tous les contrats que j'avais passé avec lui. Je lirais avec plaisir la suite (qui attend déjà sagement dans ma PAL).

Ma note : 17/20

mardi 27 novembre 2018

Gagner la guerre

Attention petit coup de coeur ! 

De Jean-Philippe Jaworski, aux éditions Folio SF, paru en 2015
Genre : Fantasy, 992 pages

Résumé :

Au bout de dix heures de combat, quand j’ai vu la flotte du Chah flamber d’un bout à l’autre de l’horizon, je me suis dit : « Benvenuto, mon fagot, t’as encore tiré tes os d’un rude merdier. » Sous le commandement de mon patron, le podestat Leonide Ducatore, les galères de la République de Ciudalia venaient d’écraser les escadres du Sublime Souverain de Ressine. La victoire était arrachée, et je croyais que le gros de la tourmente était passé. Je me gourais sévère. Gagner une guerre, c’est bien joli, mais quand il faut partager le butin entre les vainqueurs, et quand ces triomphateurs sont des nobles pourris d’orgueil et d’ambition, le coup de grâce infligé à l’ennemi n’est qu’un amuse-gueule. C’est la curée qui commence. On en vient à regretter les bonnes vieilles batailles rangées et les tueries codifiées selon l’art militaire. Désormais, pour rafler le pactole, c’est au sein de la famille qu’on sort les couteaux. Et il se trouve que les couteaux, justement, c’est plutôt mon rayon…

Mes Impressions :

J'ai découvert ce livre un peu par hasard sur Booktube puis je me suis dit qu'il pourrait plaire à mon chéri, et dans la foulée je l'ai trouvé en occasion. Une sorte de signe du destin. Mon homme l'a dévoré, adorée et très fortement recommande. Je me suis donc laissée tenter.

Un seul reproche et ensuite que des éloges,
Avant de commencer avec tous les ÉNORMES points positifs de ce livre, je vais sortir le seul reproche que je peux lui faire : quelques longueurs. Dans un livre aussi long cela devait arrivé. J'ai été moins emballée par certains passages que par d'autres. Mais peut être était-ce à cause de ma fatigue....

Et tout le reste,
Ce livre me marquera pour une multitude de choses positives. A commencer par cette plume à tomber par terre, tellement originale, poétique, ciselée et caustique. Je pourrais encore trouvé pendant des heures des adjectifs pour l'écriture de Jaworski tellement elle est singulière et puissante. En plus de ça, elle sert parfaitement la narration à la première personne (pourtant vous savez que ce n'est pas forcément ma tasse de thé, la narration à la première personne). Benvenuto Gesufal, le personnage principal raconte ses aventures avec une faconde (mot que j'ai appris durant ce livre signifiant qu'une personne parle très bien) qui m'aura donc appris plein de mots, parce que le vocabulaire employé est riche mais jamais pompeux et qui m'aura fait rire à plusieurs reprises.

Une scène d'ouverture génialissime qui en annonce tellement d'autres,
Les premières pages de ce livre vont rester longtemps dans ma mémoire tellement elles sont excellentes et prédicatrices de tout le reste. Parce qu'outre l'écriture, Mr Jaworski maîtrise son scénario à la perfection ainsi que ces personnages ! A chaque fois qu'un événement me laissait sur le séant, je me disais que l'histoire n'arriverait plus à me surprendre.... Mais jamais un auteur m'a autant donné tord ! Et qu'est ce que c'était bon à lire. Mention spécial au Podestat Leonide Ducatore, le patron du personnage principal qui a lui tout seul m'a fait passé par toutes les émotions et surtout la béatitude !

Quelques jours pour digérer tout cela,
J'ai mis presque 20 jours à lire ce livre, qui fait tout de même 992 pages. Cela explique certainement cette impression de longueur que j'ai eu à certains moment et je suis bien contente de ne pas avoir rédiger cette chronique à chaud, parce qu'avec le temps, je me rends compte à quelle point elle m'a plu. Je pense que cette lecture va me marquer un sacré bout de temps et je vais vite ajouter d'autres livres de cet auteur dans ma PAL. Parce que Jean-Philipe Jaworski peut devenir un gros classique de la fantasy française. Son univers n'a rien à envier à Game of Thrones et sa plume n'est comparable à aucun auteur que j'ai lu pour le moment. Du grand art !!

En Bref

Gagner la guerre est le livre sorti de nulle part qui m'a foutu une claque littéraire monumentale. Je recommande chaudement ce titre tellement il est génial. Ne vous laissez pas intimider par son épaisseur, ça se savoure comme une gourmandise!

Ma note : 19/20