lundi 22 octobre 2018

C'est lundi que lisez vous ? #10


Après une semaine de pause dans ce rendez-vous (oui encore... >.<), je viens partager mon C'esr lundi que lisez vous ?. Ce rendez-vous est toujours répertorié sur le blog de Galleane et consiste à répondre à ces trois questions :

Qu'ai je lu la semaine précédente ?
Que suis-je en train de lire en ce moment ?
Que vais-je lire ensuite ?

Qu-ai je lu les deux semaines précédentes ?


 

- Un album jeunesse L'autre herbier d'Amandine et Nicolas Labarre. Les dessins m'ont ravi, la plume moins.
- Un manga : Alchimia T1 de Samantha Bailly et Miya qui est un bon premier tome, mais j'ai peur d'avance de la tournure que peuvent prendre les relations entre les personnages. J'espère que les auteurs seront me faire mentir et me surprendre dans le tome 2.
- Un roman (une brique oui !) : Les enfants de Venise de Luca Di Fulvio qui est une très jolie histoire d'amour sur un fond historique travaillé et narré par une plume soignée. Une très bonne découverte.

Que suis-je en train de lire ?

 

- J'ai commencé un roman jeunesse Arlo Finch T1 : Le mystère des longs bois de John August. Je suis au début, mais le livre porte bien son nom, il y a déjà beaucoup de mystères et de suspens.
- Et je continue doucement ma lecture de la revue America Ladies First qui est toujours aussi intéressant.

Que vais-je lire ensuite ?


Entretien avec un vampire d'Anne Rice que j'ai spécialement réservé pour Halloween !


Et vous quelles sont vos lectures du moment ? Et celles que vous avez aimé cettte semaine ?

dimanche 21 octobre 2018

Les enfants de Venise

De Luca Di Fulvio, aux éditions Pocket, paru en 2018
Genre : Historique, 992 pages

Le résumé :

Venise, 1515. Peu de villes auront connu autant d'injustices, de dangers, de misère et de vices. De liberté aussi.
Liberté pour Mercurio, petit voleur de rues, as du déguisement, pour qui le pavé romain est devenu trop brulant. Liberté pour Giuditta, jeune et belle juive, dont le religion semble ici toléré - mais pour combien de temps ?
Rien ne les vouait à s'aimer. Pourtant... Entre inquisiteurs et courtisanes, palais, coupe-gorge et canaux putrides, les amants de Venise feront mentir le destin.

Mes impressions : 

En me lançant dans ce livre j'avais un peu peur. C'est une bonne brique de presque 1000 pages (à 8 pages près...) et j'avais peur des longueurs. Mais j'avais quand même envie de découvrir la plume de Luca Di Fulvio, dont j'avais tant entendu parlé en bien avec Le Gang des rêves.

Une belle histoire universelle et touchante.
Dans Les enfants de Venise, Luca Di Fulvio raconte l'histoire la plus simple et la plus complexe du monde : l'amour. L'amour jeune, contre vents et marrais. Le bel amour qui fait tant vibrer les hommes depuis la nuit de temps. Et qu'est ce qu'il le fait bien. J'ai vibré pour Giuditta et Mercurio et jusqu'au bout je me suis demandé avec eux quel serait leur avenir. L'auteur ne leur épargne rien, aucune difficulté et aucun drame. Ils n'auront qu'eux pour se sortir de tout ça avec le moins de dégâts possible. C'est beau, touchant et tellement bien écrit. 

"La vie est simple. Quand elle devient compliqué, ça veut dire qu'on se trompe quelque part. Ne l'oublie jamais. SI la vie devient compliquée, c'est parce que c'est nous qui la compliquons. Le bonheur et la souffrance, le désespoir et l'amour sont simples. Il n'y a rien de difficile."

Une Venise qui pue mais prenante.
J'ai adoré le contexte politique dans lequel l'auteur a placé son histoire. Il arrive à tout imbriquer : la syphilis, la xénophobie, la place des femmes et la politique de Venise. Tout est fluide et les longueurs dont j'avais peur ne sont jamais vraiment venu. Il y a des moments moins intenses, mais ils sont toujours intéressants. Et puis la ville est un personnage à part entière. On a le droit à tout : les odeurs, les excréments, les cache-misères et la pauvreté. J'ai "adoré" déambuler dans cette ville qui est rendue très peu attrayante mais tellement vivante.

Des personnages d'une grande force.
C'est, je pense, ce que je retiendrais de ce livre. Ces personnages, surtout Mercurio. Ce voleur a réussi à me toucher et à m'impressionner par sa débrouillardise et son sens de l'honneur. Il est vraiment spécial. Giuditta a mis plus de temps à me séduire, puis finalement quand l'auteur commence à vraiment approfondir son caractère, elle gagne en maturité et charisme et devient tout de suite très attachante. Et puis j'ai adoré ou adoré detesté tous les personnages qui entourent les deux amoureux : le père de Giudetta, Isacco, le capitaine Lanzame, Scarabello et tous les autres. Ils apportent tous quelque chose, leur histoire est bien exploité et ils sont tous surprenant (dans un sens comme dans l'autre).

En bref : 

Les enfants de Venise est pour moi une très bonne découverte. J'ai été touchée, surprise et j'ai passé un excellent moment avec Mercurio qui a vraiment été un personnage coup de coeur pour moi. J'ai hâte de lire d'autres livres de Luca Di Fulvio pour retrouver cette qualité de narration.

Ma note : 18/20

mardi 16 octobre 2018

Alchimia T1

De Samantha Bailly et Miya, aux éditions Pika, paru en 2016
Genre : Manga, Shojo, 200 pages

Le résumé : 

Saë est une jeune alchimiste qui voyage avec ses compagnons à travers le royaume d'Alchimia en utilisant ses pouvoirs pour collecter et protéger la mémoire de son peuple. Mais la guerre éclate avec le royaume voisin, Ifen. La jeune femme est sauvée en pleine tourmente par un jeune soldat ifénien, Idan. Elle l'accueille sur son navire afin qu'il échappe à la mort.

Mes impressions

Ayant beaucoup aimé la fraîcheur des Stagiaires de Samatha Bailly j'avais hâte de lire d'autres de ces ouvrages et je me suis tournée vers son manga, Alchimia avec Miya au dessin.

Un joli manga français
J'étais d'autant plus enthousiasme que ce n'est pas tous les jours que je lis des mangas français. Et celui ci a rempli son job de me faire passer un bon moment. L'univers d'Alchimia est sympa et se dévoile à peine dans ce premier tome mais on sent le potentiel qu'il peut y avoir, surtout avec la magie très intrigante des alchimistes. Pour le moment, le scénario, sans révolutionner les genre, est agréable et surtout, la fin de ce tome promet de belles choses pour la suite ! 

Un travail au dessin qui m'a beaucoup plu.
Au delà de confirmer tout le bien que je pensais de Samantha Bailly, cela m'a également permis de découvrir Miya au dessin et j'avoue beaucoup aimé ce qu'elle a fait avec ce titre. La mise en page est claire, fluide mais riche. Les dessins fourmillent de détails et les textures (les cheveux, les tissus ou le bois) sont très joliment réalisées. J'ai également beaucoup aimé le passage des dessins très "sérieux" à ceux beaucoup plus comique, c'est bien dosé et jamais lourd.

Gros point négatif pour les relations,
Parce qu'à mon grand désespoir j'ai l'impression qu'on va droit vers un triangle amoureux, et je déteste ça. De plus, je trouve Saë un peu lisse et fade. Heureusement, ce n'est qu'un premier tome, alors j'espère qu'elle va prendre de l'ampleur et du charisme dans la suite. Bon, j'avoue que j'aimerais bien aussi que ce soit le cas d'Ethiel et d'Idan qui ont l'air d'avoir chacun un passé intéressant à exploiter. 

En Bref :

Samantha Bailly et Miya proposent ici un manga efficace qui se lit facilement et nous fait passer un bon moment. Malgré le triangle amoureux qui à l'air de se pointer, elles ont réussi à attiser ma curiosité pour que j'ai envie de lire le deuxième tome prochainement.

Ma note : 15/20

mardi 9 octobre 2018

L'autre Herbier


D'Amandine et Nicolas Labarre, aux éditions Les Moutons Electriques, paru en 2015
Genre : Album, Fantastique - 112 pages

Le résumé : 

Valentine s’ennuie, comme on peut s’ennuyer, bloquée en été avec ses parents sans ami ni téléphone. Elle a bien trouvé cet herbier et cette carte, près de la maison en rénovation, mais les herbes et les chemins qui s’y trouvent ne mènent nulle part, n’existent sans doute même pas. 
Valentine va pourtant suivre ces sentiers qui ne peuvent se trouver là, passer de l’autre côté de cette rivière impossible, malgré les ombres entraperçues. Elle va y découvrir une forêt, infinie et sublime, que parcourent d’un pas lent des géants végétaux. Derrière elle, le chemin du retour disparaît déjà. Les feilges pourront-ils l’aider à repartir ?

Mes Impressions 

Quand j'ai commencé cet album, je m'attendais à quelque chose de très jeunesse avec une jolie histoire sur la nature, et je me suis dit, que vu la couverture, le lire à l'automne serait une bonne idée. 

Comment se fourvoyer avec des à priori...
Parce qu'on est bien loin de la lecture jeunesse auquelle je m'attendais. Le style d'ecriture est, je trouve, plutôt relevé pour des enfants. En plus de ça, l'édition donne l'impression "de gros paquets peu aérés" et pourrait rebuter plusieurs jeunes lecteurs. Du coup, je n'arrive pas vraiment à savoir quelle est la cible de cet ouvrage ? 

Pas autant de plaisir et de légèreté que souhaité,
Après ma déception passée sur ce point, je me suis quand même laissé tenter en voyant miroiter un univers entre les Minimoys et Myazaki. Alors oui, c'est sensiblement ce que l'on va retrouver et j'ai trouvé l'utilisation des feilges très ingénieux et imaginatifs. Mais comme beaucoup de choses de cet univers, j'aurais aimé qu'ils soient plus creusés. De plus, l'écriture m'a laissé sur le côté. Pour une raison que je ne m'explique pas, je n'ai pas été touché par la plume de Nicolas Labarre ou par le personnage de Valentine (c'est venu un peu à la toute fin).

Des dessins splendides.
C'est ce qui réhausse pour moi le livre. Les dessins d'Amandine Labarre sont splendides et se complètent magnifiquement aux textes. Les feigles, les géants ou les chimères sont subliemement représentaient et laissent apercevoir un bestiaire étonnant.

La preuve en image

En Bref : 

L'autre Herbier n'est pas un lecture qui me restera longtemps en tête. Helas, l'écriture n'a pas su me séduire et l'univers était pas assez developpé pour moi, malgré les magnifiques illustrations.

Ma note : 14/20




lundi 8 octobre 2018

C'est lundi que lisez vous ? #9


En ce début de semaine on se retrouve pour le traditionnel C'est lundi que lisez vous ?. Il est toujours organisé et repertorié sur le blog de Galleane et consiste à répondre à trois petites questions :

Qu'ai je lu la semaine précédente ?
Que suis-je en train de lire en ce moment ?
Que vais-je lire ensuite ?

Qu'ai-je lu la semaine précédente ?

Et ben, je n'ai rien terminé. C'était une seamien de vacances et j'espérais pouvoir lire, mais je ne pensais pas que peindre était aussi fatigant !! Ce sera pour mes prochaines vacances alors le marathon de lecture :D

Que suis-je en train de lire ?



Ca m'arrive pas souvent mais j'ai trois lectures en cours :
- America : Ladies First, le sixième numéro de la revue qui décrit l'Amerique de Donald Trump et dont je picore quelques articles par ci par là.
- L'autre herbier d'Amandine et Nicolas Labarre qui est un album jeunesse mais à l'écriture très déroutante. Je l'ai bientôt fini et je vous en reparle bientôt.
- Et j'ai commencé un tout petit peu la grosse brique que sont Les enfants de Venise de Luca Di Fulvio.

Que vais-je lire ensuite ?



Une fois fini tout ça, je pense me lancer dans Entretien avec un vampire d'Anne Rice pour commencer à me mettre dans l'ambiance d'Halloween.


Et vous, quelles sont vos lectures du moment ?


vendredi 5 octobre 2018

Les mystères de Larispem T1 : Le sang jamais n'oublie


De Lucie Pierrat-Pajot, aux éditions Gallimard Jeunesse, paru en 2016
Genre : Science-fiction - 254 pages

Le résumé : 

Larispem 1899
Dans cette Cité-Etat indépendante où les bouchers constituent la caste forte d’un régime populiste, trois destins se croisent…? Liberté, la mécanicienne hors pair, Carmine, l’apprentie louchébem et Nathanaël, l’orphelin au passé mystérieux. Tandis que de grandes festivités se préparent pour célébrer le nouveau siècle, l’ombre d’une société secrète vient planer sur la ville.
Et si les Frères de Sang revenaient pour mettre leur terrible vengeance à exécution ?

Mes Impressions :

Cette saga m'intrigue depuis longtemps, déjà parce que c'est une uchronie un peu différente qui traite de la Commune, période de l'histoire que je connais mal et ensuite, ce livre a reçu le même prix que la Passe-Miroir. J'espérais retrouver la même qualité de l'histoire et de la plume qu'avec la saga de Christelle Dabos.

Et c'est chose faite ...
Ce premier tome est une très belle immersion dans ce Paris atypique de la fin du XIXème siècle où se mèle les inventions de Jules Vernes très steampunk et des intrigues politiques bien ficelées. L'écriture est très fluide et recherchée, et j'ai aimé l'utilisation de l'argo des bouchers (même si ça demande un peu de concentration pour comprendre son fonctionnement).

Une intrigue avec des élements surprenants.
L'intrigue est aussi bien amenée. En suivant les points de vue des trois personnages principaux, Carmine, Liberté et Nathaniel, ont comprend doucement le tableau complexe que dresse l'auteur. La seule chose que je peux regretter c'est que ce tome est vraiment un tome d'introduction et cela commence vraiment à bouger autour du 2/3 de livres. Personnelement, cela ne m'a plus déranger que cela, surtout que le début permet d'instaurer l'ambiance de Larispem et nous faire comprendre qu'il y a des choses qui roulent pas aussi bien qu'on voudrait nous faire croire.

Trois personnages intéressants à suivre,
Même si comme beaucoup de lecteur, je n'ai pas réussi à beaucoup m'attacher à Carmine, elle n'en reste pas moins passionante à suivre car elle donne un autre point de vue par rapport à Nathanael et Liberté, qui eux sont tout de suite très agréables à suivre. Et puis tout l'intrigue qui se développe autour de Nathanaël m'a vraiment surprise. Je ne m'attendais pas à ce que cela parte dans ce sens là, et finalement cela m'a vraiment captivé. J'ai maintenant hâte de connaître la suite surtout avec le "teasing" à la fin du livre.

En Bref :

Lucie Pierrat-Pajot nous plonge avec délice dans un Paris fascinant et très bien pensé. Les personnages et l'intrigue sont fascinants et j'ai hâte d'en savoir plus sur cet univers très prometteur.

Ma note : 17/20

jeudi 4 octobre 2018

Throwback Thrusday Livresque : Livre préféré de l'été 2018



Après encore une semaine de pause dans ce RDV, je reviens avec le Thorwback Thursday Livresque de cette semaine. Ce rendez-vous, toujours organisé et repertorié sur le blog de BettieRose Books, permet de parler d'un livre qu'on a déjà lu sur un thème plus ou moins précis.

Et celui de cette semaine est : Le livre préféré de l'été 2018


Sans hésiter pour moi c'est Tu comprendras quand tu seras plus grande de Virginie Grimaldi.


Dans ce livre nous suivons Julia une psychologue qui vient de vivre une année éprouvante avec la perte de son papa, de son fiancé et de sa grand-mère. Pour espérer rebondir, elle accepte un poste dans une maison de retraite les Tamaris à Biarritz.

Je me rends compte, avec un peu plus d'un mois de recul, que ce livre était un petit coup de coeur. Je voulais découvrir un auteur de feel good dont les livres sentent le bonheur et la résilience et j'ai été plus que servi par celui. Virginie Grimaldi m'a fait passé par tous mes états : du rire aux pleurs en passant par la compassion et l'empathie. Une vraie réussite pour moi.
Et j'espère bien lire rapidement un autre de ces livres !

Et vous quel a été votre plus belle lecture cet été ?